Côte d’Ivoire : reprise quasi-effective des services internet après 48 heures de perturbation

79

La fourniture des services internet est quasiment rétablie en Côte d’Ivoire ce samedi 16 mars 2024 après une forte perturbation du réseau chez les deux gros opérateurs Télécom du pays ( Orange et MTN) eu égard à une interruption de quatre câbles sous-marins, a constaté Abidjan.net sur place dans la capitale économique ivoirienne.

Cependant, le véritable test pour la confirmation de cette reprise à la normale est attendu en début de semaine prochaine, un jour ouvrable, selon les experts.

Dans un communiqué, l’opérateur MTN annonçait vendredi dernier, un rétablissement partiel de la connexion internet assurant que les travaux entrepris pour la résolution des incidents survenus sur les câbles WACS, MAIN ONE et ACE se poursuivent.

 » Suite à une rupture des câbles sous-marin assurant les liaisons internationales, nos services internet sont perturbés. Nous nous activons pour un retour rapide « , avait promis, pour sa part l’opérateur Orange, jeudi dernier dans un message envoyé à ses clients.

Outre la Côte d’ivoire où la situation était plus critique, une dizaine de pays sont également touchés par cette crise: Liberia, Benin, le Ghana, Burkina Faso, Togo, Cameroun, Gabon, Namibie, Niger, Nigeria, Lesotho et Afrique du sud. Et depuis lors, les sociétés sont à pied d’œuvre pour faire face à la situation.

D’après le Financial Times, plusieurs entreprises ont déclaré avoir pris des mesures après des informations selon lesquelles des câbles sous-marins dans le fond marin avaient été coupés par une ancre du navire Rubymar, qui a été abandonné en février après avoir été pris pour cible et coulé par les rebelles Houthis.

Ainsi, les groupes de télécommunications et de technologie sont contraints de rediriger le trafic Internet après que les attaques en mer Rouge ont rendu la région de plus en plus instable, les dommages causés aux câbles sous-marins mettant en danger la connectivité et les services dans le monde entier.

Le géant de la technologie Microsoft a déclaré cette semaine que les « coupures de câbles en cours » dans la mer Rouge affectaient la capacité globale sur la côte est de l’Afrique et qu’en conséquence, il réorientait les flux de trafic.

La mer Rouge est une route clé pour acheminer le trafic Internet entre le Moyen-Orient, l’Afrique, l’Asie et l’Europe via des câbles sous-marins, qui transportent 99 % des données intercontinentales. TeleGeography, un cabinet de conseil, estime que plus de 10 000 milliards de dollars de transactions financières sont transmises chaque jour via ces câbles.

Les attaques des Houthis contre des navires commerciaux dans la région, qui, selon le groupe, soutiennent les Palestiniens dans le contexte de la guerre entre Israël et le Hamas à Gaza, se sont récemment intensifiées. Le groupe soutenu par l’Iran a fait ses premiers morts lors d’une frappe début mars.

Les États-Unis ont déclaré qu’une ancre arrachée du Rubymar au moment où il coulait était responsable des récentes coupures de câbles sous-marins dans la mer Rouge, qui ont perturbé le trafic mondial.

HGC Global Communications, basé à Hong Kong et qui assure une couverture mondiale, a estimé que 25 % du trafic avait été affecté par la coupure de plusieurs câbles sous-marins et a déclaré avoir pris des mesures pour réacheminer le trafic concerné.

Seacom, qui possède un certain nombre de câbles sous-marins, a déclaré avoir également redirigé ses services le mois dernier, reconnaissant que certains clients avaient subi « un impact sur leurs activités en Afrique de l’Est et australe ».

Les dommages aux câbles et les déroutements qui en résultent ne sont pas rares, affirment les dirigeants et les analystes, les causes les plus courantes étant citées comme le traînage des ancres et l’activité des chalutiers de pêche.

Alan Mauldin, directeur de recherche chez TeleGeography, a déclaré que de tels facteurs provoquaient des pannes « en moyenne tous les trois jours quelque part dans le monde ».

Les opérateurs disposent de capacités sur de nombreux câbles différents, la majorité des pays étant capables de résister à de multiples pannes de câbles, a-t-il déclaré.

« Si deux ou trois câbles supplémentaires devaient être supprimés, et s’il s’agissait de câbles à haute capacité, cela pourrait avoir un impact plus grave sur la connectivité de certains opérateurs de réseau ou pays », a ajouté Mauldin.

Keri Gilder, directrice générale de la société d’infrastructure numérique Colt Technology Services, a déclaré que la société avait déjà dû migrer rapidement des données d’un câble à un autre en raison des dommages causés par les bateaux de pêche.

« Il peut y avoir un impact sur la qualité de service en termes de latence », a ajouté Gilder, faisant référence au délai de transmission des données d’un endroit à un autre, ce qui pourrait, par exemple, affecter les appels vidéo. « Pour nous, en affaires, ce ne sont que des millisecondes. »

Colt n’a pas eu à rediriger le trafic dans la mer Rouge, mais Gilder a déclaré que la route était « très encombrée » et elle n’était pas surprise que des câbles aient été coupés parce que la voie était relativement étroite et peu profonde.

Les Houthis ont nié avoir délibérément ciblé des câbles sous-marins, tandis que les responsables yéménites ont déclaré qu’ils étaient en contact quotidien avec des sociétés internationales de sous-marins en mer Rouge et qu’ils apporteraient leur soutien pour réparer tout dommage.

L’accès au service internet à partir des opérateurs Télécom Orange et MTN était coupé depuis la matinée du jeudi 14 mars dernier en Côte d’Ivoire. Seuls les services de l’operateur Moov Africa fonctionnaient normalement.

Abidjan. net /Financial Times

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.