Côte d’Ivoire/ Enseignement supérieur et Recherche scientifique: Le Ministre Adama Diawara expose les initiatives du gouvernement

46
 Invité de la 1ère édition des « Rendez-Vous de Générations Gagnantes », le 06 janvier 2024 à Abidjan, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Adama Diawara, a dévoilé les acquis de son département ministériel dans le cadre de l’Année de la Jeunesse 2023.
« Toutes les actions menées dans notre sous-secteur Enseignement supérieur et Recherche scientifique visent la réalisation de quatre objectifs globaux dont l’amélioration des conditions de vie et de travail des acteurs de la communauté éducative. Pour l’Année de la Jeunesse, l’accent a été mis sur les apprenants », a souligné Adama Diawara. Ainsi, en 2023, 85 644 bourses et secours financiers ont été payés aux étudiants en Côte d’Ivoire et hors de la Côte d’Ivoire.
Le ministre a rappelé l’ouverture de la Bibliothèque numérique Alassane Ouattara avec une banque de 96 000 ouvrages, et la remise de 200 ordinateurs et de codes d’accès aux meilleurs étudiants pour faciliter leurs recherches et à la connaissance.
Adama Diawara a évoqué le recrutement de 700 Enseignants-Chercheurs en 2023. Et d’ajouter que sur la période 2011-2022, ce sont 4 870 personnels enseignants qui ont été recrutés contre 1 288 sur la période 2000-2010.
En ce qui concerne les œuvres universitaires, 19 342 lits ont été construits et plus de 16 millions de plats ont été servis aux étudiants.
En termes d’infrastructures, le membre du gouvernement a fait état de la construction de l’université de Bondoukou pour un investissement de 83,7 milliards FCFA, de l’achèvement des infrastructures de la phase 1 de l’université de San Pedro d’un coût de 85 milliards FCFA, de la réhabilitation des cités périphériques d’Abidjan, de l’équipement de sales de TD, etc. La construction prochaine de l’université d’Odienné a été annoncée.
Côté réformes mises en œuvre pour redynamiser le secteur, il a cité, entre autres, la création des Ecoles Doctorales, de l’Agence nationale d’Assurance Qualité, la suppression du « tronc commun » à l’université Nangui Abrogoua, l’organisation de cours de mise à niveau des nouveaux bacheliers et de cours de renforcement pour améliorer le taux de réussite des étudiants, ainsi que la réforme du BTS.
Toutes ces mesures contribuent à améliorer l’insertion socio-professionnelle des produits des universités et Grandes Écoles publiques.

CICG

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.