Côte d’Ivoire/Campagne de commercialisation de la noix de cajou pour la période 2023-2024 : Le prix convenu avec les différents producteurs est établi à 275 FCFA/kg, en baisse par rapport aux 315 FCFA/kg de l’année précédente.

142

Le ministre de l’agriculture du développement rural et des productions vivrières, Kobenan Kouassi Adjoumani, a annoncé, ce 21 février 2024, le nouveau prix de la noix de cajou « bien séchée et bien triée, ne comportant aucune matière étrangère » pour une fixation de 275 FCFA/Kg aux producteurs contre 315 FCFA/Kg l’an dernier soit une baisse de 40 FCFA, au cours d’une conférence marquant l’ouverture de la campagne de commercialisation de la noix de cajou de l’année 2023-2024.

Outre cet aspect, le ministre Kobenan Adjoumani a ajouté qu’en dehors du prix établi par l’État, le prix CAF de référence est fixé à 1105 USD/T de noix de cajou brute avec un dollar US à 600 FCFA, celui des magasins intérieurs à 300 FCFA/kg, pour les magasins d’usines à 329 FCFA/Kg, et concernant ceux menant des activités portuaires à 359FCFA/Kg.

Il a insisté sur l’obligation d’obéir à ses exigences de l’État ivoirien en vue de mener une campagne en toute crédibilité.

 »Les projections de production de noix brutes de cajou, au titre de la campagne qui va s’ouvrir, sont bonnes. Elles se situent, en effet, à 1.250.000 tonnes contre 1.225.935 tonnes en 2023. soit une hausse attendue de 5% par rapport à la production commercialisée en 2023. Il en est de même pour le niveau de transformation attendu qui devrait passer à 320.000 tonnes contre 265.863 tonnes en 2023. soit une hausse prévisionnelle de 20% », a-t-il mentionné.

Il a fait remarquer que cette campagne s’articule sur les aspects contextuels de la crise russo-ukrainienne dont les effets sont aujourd’hui aggravés par les conflits Israël et le Hamas.

Ces paramètres, selon lui, créent une perturbation au niveau des transactions commerciales des produits précisément de l’anacarde.

Néanmoins, en terme de bilan pour la campagne précédente ayant une fixation de 315 CFCA, le ministre d’État a révélé que  »nous avons enregistré une production nationale commercialisée de 225.935 tonnes contre 1.028.172 tonnes en 2022 soit une hausse de 19%. Quant au prix bord champ pratiqué, il a oscillé entre 150 et 415 F CFA/Kg avec une moyenne de 319 F CFA/kg et un revenu aux producteurs de 391 milliards contre 363 milliards en 2022, soit une augmentation de 8%, du fait de la hausse du volume commercialisé », a-t-il dit.

Il faut noter, selon le ministre, que pour la commercialisation extérieure, ce sont 849.250 tonnes qui ont été exportées contre 719.900 tonnes en 2022, dont 81% de ce volume en direction du Vietnam et 18% vers L’Inde.

Au niveau de la transformation, ce sont 28 unités actives qui ont transformé 265.863 tonnes de noix

brutes représentant 22% de la production nationale, contre 224.036 tonnes en 2022 et 136 854 tonnes en 2021 (14%). La transformation locale enregistre ainsi une hausse de 94% de 2021 à 2023 ».

Ces différentes modalités selon le ministre, doivent être statiques ou soit de préférence émergées pour le développement de la Côte d’Ivoire.

CICG

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.