autosuffisance en Ressources halieutiques: les Ivoiriens exhortés à investir dans le secteur aquacole

Le coordonnateur général du Programme Stratégique de Transformation de l’Aquaculture en Côte d’Ivoire (PSTACI), Modibo Samaké, a appelé, ce mardi 28 novembre 2023 à Abidjan-Plateau, les acteurs de la chaine de valeur aquacole et particulièrement la jeunesse ivoirienne à s’investir dans le secteur de l’aquaculture pour atteindre l’autosuffisance en produits halieutiques et améliorer le niveau de vie en Côte d’Ivoire. Modibo Samaké s’exprimait au cours de la conférence de presse hebdomadaire du CICG dénommée "Tout savoir sur".

85
« Ne regardez pas seulement le présent ; envisagez l’avenir. L’aquaculture peut vous offrir non seulement un emploi mais aussi une carrière, une vocation. C’est une activité qui vous rendra prospère et autonome », a-t-il déclaré.
Et d’ajouter que le PSTACI, qui vise à développer l’aquaculture pour répondre à une demande croissante due à l’augmentation démographique, est mis en place pour faciliter leur engagement et transformer l’économie ivoirienne. « Ensemble faisons de cette ambition une réalité pour atteindre l’autosuffisance en produits halieutiques et améliorer le niveau de vie en Côte d’Ivoire », a-t-il insisté.
Le coordonnateur du PSTACI a soutenu que la Côte d’Ivoire, avec son potentiel hydrographique exceptionnel et des politiques incitatives de longue date, a tous les atouts pour devenir un acteur de premier plan dans l’aquaculture africaine. Cependant, il reconnait l’existence de défis dans le secteur qui, à l’en croire, peuvent être relevés. Il a cité entre autres défis, le coût élevé des aliments qui sont importés, la disponibilité insuffisante des alevins, le manque de ressources humaines qualifiées et le niveau d’investissement insatisfaisant.
Pour la réalisation de l’autosuffisance en produits halieutiques et l’amélioration du niveau de vie des Ivoiriens, Modibo Samaké a fait part de certaines actions à mener. Il a cité entre autres l’amélioration de la production aquacole, la recherche-développement, la formation, et la mise en valeur des plans d’eau par la création de Zones Économiques Aquacoles Durables (ZEAD). Il a également annoncé l’optimisation de la chaîne d’approvisionnement et de commercialisation, la promotion des produits aquacoles, et l’établissement des réseaux de distribution efficaces. L’invité a aussi dit que l’État envisage des mesures d’incitations fiscales et douanières de sorte à encourager l’utilisation des aliments par les exploitations aquacoles et éventuellement réduire l’importation par la fabrication locale des aliments.
Notons que la production nationale de produits halieutiques s’élève à 105 219 tonnes, dont 6 300 tonnes issues de l’aquaculture. Elle satisfait 17% des besoins estimés à près de 650 000 tonnes. Ainsi, environ 400 milliards de FCFA sont dépensés en importation de poissons.
Pour rappel, la Côte d’Ivoire, grâce au PSTACI et à l’engagement du secteur privé, ambitionne de produire d’ici à 2030, plus de 500 000 tonnes de produits halieutiques.
 CICG
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.