Côte d’Ivoire:Déclaration de la ministre de l’Économie, du Plan et du Développement à l’occasion de la Journée Africaine de la Statistique (JAS)

146

La Côte d’Ivoire, à l’instar de tous les pays africains, célèbre ce samedi 18 novembre 2023, la Journée Africaine de la Statistique (JAS). Cette Journée, instituée en 1990, par la Commission Economique pour l’Afrique (CEA) et la Conférence des Ministres Africains de l’Economie et du Plan, vise à sensibiliser le public sur l’importance des statistiques dans tous les domaines de la vie économique et sociale. Le thème retenu pour l’édition 2023 est « Moderniser les écosystèmes de données pour accélérer la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) : le rôle de la statistique officielle et des mégadonnées dans la transformation économique et le développement durable de l’Afrique ». Ce thème a été choisi pour sensibiliser les décideurs, les Partenaires Techniques et Financiers, les producteurs et utilisateurs de données, les chercheurs et le grand public, à l’importance de la statistique officielle et des mégadonnées. Il s’aligne sur celui de l’Union Africaine pour l’année 2023, qui s’intitule : « Accélération de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine ». En effet, la création de la ZLECAf concrétise le rêve des pères fondateurs de l’Organisation de l’Unité Africaine, à savoir la mise en place d’un marché commun africain des biens et des services.

Pour accélérer sa mise en œuvre, il est capital de moderniser les systèmes de production et de diffusion des données. La modernisation des systèmes statistiques nationaux en Afrique est indispensable pour éclairer les décideurs et améliorer la qualité des mesures à prendre aux niveaux national, régional et 3 continental. Elle concerne tous les domaines de la statistique officielle, y compris les statistiques émergentes, telles que les statistiques du commerce transfrontalier, les statistiques agricoles, environnementales et climatiques. Par ailleurs, d’importants efforts restent à faire pour assurer la disponibilité de données probantes en vue d’opérer un suivi adéquat des différents agendas, l’Agenda 2030, l’Agenda 2063, la Stratégie décennale 2023-2032 de la BAD, les plans nationaux et régionaux de développement. Pour relever ces défis, d’importantes mesures ont été prises. Il s’agit :

▪ de la création en 2020, d’un groupe de travail sur la transformation et la modernisation de la statistique officielle par la Commission africaine de statistique ;

▪ du lancement en 2023, d’une feuille de route pour la transformation et la modernisation de la statistique officielle en Afrique pour la période 2023- 2030 par la CEA ;

▪ de la mise en place de deux structures panafricaines de statistiques : l’Institut panafricain de statistiques (STATAFRIC) basé à Tunis et fonctionnel depuis novembre 2018, et le Centre panafricain de formation en statistique (PANSTAT) basé à Abidjan et en cours d’opérationnalisation ;

▪ En Côte d’Ivoire, le Gouvernement a initié la réforme du Système Statistique National qui vise à créer un environnement propice à la production et à la diffusion de statistiques de qualité. Mesdames et Messieurs, Au-delà des statistiques traditionnelles, les Etats africains sont appelés à promouvoir l’utilisation de données plus complètes provenant de différentes sources, notamment les appareils mobiles, l’imagerie satellitaire, les lecteurs de codes-barres, le commerce électronique et l’internet. Ces mégadonnées ou big data, sont primordiales pour orienter les décisions, façonner les stratégies commerciales et assurer une mise en œuvre inclusive de la ZLECAf. C’est pourquoi, j’exhorte :

▪ Les producteurs de données statistiques officielles à renforcer leurs outils et instruments de collecte en vue de mettre à la disposition des décideurs et utilisateurs potentiels des statistiques de qualité et à jour ;

▪ Les fournisseurs de données primaires et secondaires, à rendre disponibles et accessibles aux acteurs du Système Statistique National, l’ensemble des données dont ils disposent dans les délais ;

▪ Les partenaires au développement, la société civile, le monde universitaire et le secteur privé, à soutenir les actions initiées pour le développement d’un Système Statistique National, capable de fournir régulièrement des statistiques officielles de haute qualité au service du développement durable et inclusif pour « Une Côte d’Ivoire solidaire et Prospère ».

Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire !

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.